Dents de sagesse

Les dents de sagesse sont les dernières dents à se développer. Elles sont positionnées complètement à l’arrière de la dentition, derrière les 2e molaires. Habituellement au nombre de quatre, il peut n’en exister que trois, deux, une voire aucune. L’extraction totale ou partielle des dents de sagesse est l’intervention chirurgicale buccale la plus fréquente.

Pourquoi opérer?

Chez l’adolescent:

  • leur extraction est majoritairement préconisée de façon préventive par votre orthodontiste afin d’empêcher la survenue de complications si ces dents ne disposent pas de la place suffisante pour faire leur évolution normale.
  • Le plus souvent ces dents seront extraites au stade de germes (germectomies), c’est à dire avant la fin de la croissance des racines

Chez l’adulte :

  • les dents incluses ou enclavées responsables de complications seront extraites. L’extraction des dents de sagesse inférieures peut être rendue difficile par la présence de racines profondes venant au contact d’un nerf sensitif passant dans la mandibule. La réalisation d’un scanner étudiant la position du nerf et des racines est parfois indispensable.
  • les dents sur l ‘arcade sont extraites si elles sont délabrées, sans antagonistes …

L’intervention

L’anesthésie locale permet de réaliser la majorité des extractions. En fonction des cas, les quatre dents de sagesse peuvent être extraites en une seule séance ou en deux séances (le plus souvent côté par côté) séparées d’au minimum deux à trois semaines.

Une anesthésie générale peut être indiquée en fonction du nombre de germes (ou de dents) à extraire, d’éventuelles difficultés chirurgicales et des souhaits du patient.

Les suites post-opératoires

Un traitement antibiotique, des antalgiques, des anti-inflammatoires et des bains de bouche antiseptiques vous seront prescrits.

  • Les douleurs sont d’intensité et de durée très variables. Elle sont habituellement bien calmées par les antalgiques prescrits. Une douleur rebelle et persistante peut nécessiter un changement du traitement et / ou l’application d’un traitement local.
  • Un saignement  discret est fréquent le premier jour qui teinte la salive de rouge. Il doit céder à la compression en  mordant sur une compresse tassée à l‘endroit qui saigne. Evitez de rincer et de faire des bains de bouche  afin de ne pas éliminer les caillots qui se sont formés dans les alvéoles d’extraction.
  • Un oedème des joues est fréquent et variable, il est à son maximum le deuxième jour. L’application de glace le premier jour a un bon effet anti-oedèmateux.
  • Un hématome de la joue descendant dans le cou  peut apparaître dans les jours qui suivent l’intervention.
  • Les bains de bouche sont à débuter le lendemain de l’intervention.
  • Les fils de suture seront déposés lors du rendez-vous de contrôle une dizaine de jours après l’intervention.

Les complications 

Les principales  complications énumérées ci dessous sont rares voire exceptionnelles et le plus souvent sans gravité.

Les complications infectieuses

Les plus fréquentes.

  • Précoces : L’alvéolite suppurée par infection de la cavité d’extraction. Le traitement repose sur des antibiotiques et des soins locaux.
  • Tardives : Elles apparaissent à partir de la 3ème-  4ème semaine après l’intervention, surtout s’il y a eu un hématome. Elles se traduisent par la réapparition d‘un gonflement douloureux, parfois un écoulement. Elles nécessitent la reprise d’un traitement antibiotique et des soins locaux. Dans certain cas un nettoyage sous anesthésie locale est nécessaire.

Les complications nerveuses

  • Lésion du nerf alvéolaire inférieur : Ce nerf chemine de chaque côté de la mandibule à proximité des racines des molaires. Certaines dents de sagesse incluses peuvent avoir des racines profondes venant au contact du nerf  qui peut être traumatisé par leur extraction. Cela se traduit par une perte totale ou partielle de la sensibilité de la lèvre inférieure et du menton du côté du nerf traumatisé. Le trouble sensitif récupère spontanément dans la très grande majorité des cas en quelques jours, semaines ou mois. Les lésions irréversibles restent très rares. Cette complication est plus fréquente chez l’adulte.
  • Lésion du nerf lingual :  Il passe en dedans au contact de la mandibule dans la région de la dent de sagesse. Lors de l’extraction ce nerf peut être, dans de très rare cas, lésé par un écarteur. Cela se traduit par une perte totale ou partielle de la sensibilité de la langue du côté du nerf traumatisé. Le trouble sensitif récupère spontanément dans la très grande majorité des cas en quelques jours, semaines ou mois. Les lésions irréversibles restent très rares.

Les complications osseuses

  • L’alvéolite sèche est très douloureuse mais soulagée rapidement par un traitement local. Elle n’est pas due à une infection.
  • Un petit fragment d’os entourant la dent de sagesse peut être fracturé lors de l’extraction.  Habituellement sans conséquence il sera retiré sous anesthésie locale s’il est gênant.

 

Les complications sinusiennes

Elles sont en rapport avec les dents de sagesse supérieures (maxillaires)

  • une communication bucco-sinusienne (entre la cavité buccale et le sinus maxillaire) peut apparaître après l’extraction d’un germe ou d’une dent de  sagesse dont les racines sont proches du sinus. Elle se ferme le plus souvent spontanément en quelques jours. Sa persistance impose sa fermeture  chirurgicale.
  • La migration dans le sinus maxillaire d’un germe de dent de sagesse peut survenir lors de l’extraction de petits germes haut situés. Il est indispensable  d’aller enlever ce  germe  du  sinus sous peine de complications infectieuses.

Docteur Lautrette Emmanuel
Chirurgien Dentiste
Cabinet Dentaire Pessac


Dernière mise à jour : 6 septembre 2015
Le Saviez-vous ?

Le Blanchiment des Dents

26 mai 2015

Vous rêviez d’un sourire éclatant? Les méthodes et produits actuels ne cessent de progresser tout en respectant vos dents.